Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 863
Menu
RSS

SHOW-BIZ/YOPOUGON: Le Ghetto live devient Le Live plus

 

Le célèbre espace de détente et distraction sis à Yopougon-quartier Maroc, Carrefour Antenne, initialement connu sous le nom de  Ghetto Live  est rebaptisé Le Live Plus par ses gérants : « Pour marquer le coup d’un nouveau départ et la dynamique nouvelle qui nous caractérise désormais après une période de fermeture relativement longue due à des travaux de rénovation qui ont même nécessité la relocalisation de l’établissement, à deux pas de là, sur un espace plus grand…» explique un des membres de l’équipe dirigeante de l’espace. « Quant au nouveau nom, c’est pour affirmer davantage le caractère  du live  des prestations prévues en ce lieu… ».

En savoir plus...

Des sous-vêtements anti-viol, avec GPS et décharges électriques

 

Vu le contexte tendu en Inde suite aux tragiques agressions sexuelles, des étudiants indiens ont eu l'idée de créer des sous-vêtements anti-viol qui délivrent un choc électrique à toute personne qui tenterait de s'en approcher. De plus, en cas d'attaque, ceux-ci envoient automatiquement un message d'alerte à la police et à la famille avec la position GPS de la victime.

En savoir plus...

Football-Manchester City Le salaire de Yaya en hausse

 

Après avoir menacé Manchester City d’aller voir ailleurs par l’engremise de son agent, Yaya Touré semble être parvenu à ses fins. Selon les médias anglais, l’international ivoirien s’est vu offrir une prolongation de deux ans et une rallonge de deux millions d’euros de son salaire annuel.

En savoir plus...

Situation sociopolitique: Voici les 7 ‘’plaies’’ qui endeuillent l’Ouest

Depuis le mardi dernier, à l’issue d’une réunion tripartite entre commandements des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci), de l’Onuci et de la force française ‘’Licorne’’, tenue au camp Gallieni, le chef d'Etat-major général des Frci, le Général de corps d'Armées Soumaïla Bakayoko, a annoncé le déploiement de 600 éléments dans l'Ouest du pays, pour sécuriser cette zone en proie à des attaques répétées par des inconnus lourdement armés.

Ces éléments des Frci, qui effectueront des missions de reconnaissance offensive dans le triangle de Taï-Toulepleu-Guiglo, recevront l’appui aérien de l'Onuci et ce, en coordination avec les forces de défense et de sécurité libérienne. Si l’annonce de ce déploiement de troupes militaires ivoiriennes est fort réconfortante pour les populations de cette région, il n'est pas sûr que la solution aux problèmes de l'Ouest soit  uniquement militaire. En effet, 7 grosses ‘’plaies’’ tuent l’Ouest de notre pays. Au cœur de ce faisceau de maux qui minent cette partie du pays, les problèmes de terre.

En effet, l’Ouest, fort riche en grandes portions de terre cultivables et de forêt, se retrouvent aujourd’hui pris en otage par des hommes en armes qui occupent illégalement ces forêts. Ces hommes en armes, qu’ils soient autochtones, ex-miliciens, allochtones ou allogènes armés, se réclamant de l’actuel pouvoir, occupent généralement de façon illégale, voire violente ces forêts. Voilà le premier mal qui ronge l'Ouest.

LE FONCIER RURAL ET LE CAS AMADE OUREMI

La 2è ‘’plaie’’ qui tue l’Ouest du pays aujourd’hui, c’est la présence du sieur Ouédraogo Rémi dit ‘’Amadé Ouéremi’’, véritable ‘’seigneur de guerre’’ qui a mis sous sa coupe toute une forêt classée de ce pays, la forêt du ‘’Mont Péko’’ sans que qui que ce soit, ni autorités politiques ou administratives,Amadé Ouremi ni autorités militaires ou sécuritaires, ne trouvent à redire.

Qui protège Amadé Ouérémi ? Telle est la question à laquelle personne n’a de réponse. Son ‘’protecteur’’ occulte doit être assurément puissant au point que ce ‘’protégé’’ puisse défier ouvertement et publiquement tout un Etat, avec le Chef de l’Etat en tête et son armée, pour que rien ne puisse lui arriver jusqu’à ce jour. L’homme Amadé Ouérémi a bâti, en 10 ans de guerre, un ‘’État militaire et narcotrafiquant’’ dans dans toute la région de l’Ouest. Les tentacules de cet ‘’Etat Amadé Ouérémi’’ vont maintenant jusqu’aux frontières de Touba. L’occupation du ranch de Sipilou, autre exploitation de l’Etat, en est une dernière illustration.

La 3è ‘’plaie de l’Ouest, c’est l’exil massif des populations autochtones, véritables propriétaires terriens, vers le Liberia voisin où ces autochtones vivent dans de véritables mouroirs. Ceux d'entre eux qui n'ont pas franchi la frontière, ont trouvé refuge dans des forêts, laissant leurs villages et leurs terres aux allogènes, désormais ‘’seigneurs’’ des lieux. Nombreux  sont ces villageois qui ne veulent plus revenir. Pour ceux restés au village, c’est une vraie sinécure et c’est la 4è ‘’plaie’’.

En effet, l’autorité de la notabilité traditionnelle autochtone est bafouée à tout bout de champ. Dans les villages, les chefs traditionnels (chefs de cantons, chefs de villages et de terres) Wê sont maintenant aux ordres des hommes en armes. Que reste-t-il de leur autorité et de leur pouvoir ? La meilleure illustration de la « liquidation » de ces chefs, est leur ‘’soumission’’ à Amadé Ouérémi et à tous ces petits ‘’seigneurs’’ locaux se réclamant de l’actuel pouvoir.

La 5è ‘’plaie’’, c’est la confiscation par ces mêmes hommes en armes des plantations des autochtones en fuite. Du fait de la guerre, de nombreux Wê, depuis leur exil libérien ou des forêts, ont vu leurs terres et leurs plantations être confisquées par des hommes en arme qui se font passer pour des soldats de l'armée nationale. Quand des démarches sont entreprises pour que ces terres ou ces plantations soient restituées à leurs propriétaires, cela aboutit rarement à une suite favorable.

LA FAUTE A UN DDR BACLE

La 6è ‘’plaie’’ reste l’épineux problème du processus de Désarmement Démobilisation Réinsertion (DDR) qui n’aboutit toujours pas. De nombreux jeunes ex-combattants restent toujours des laissés pour compte du processus DDR dans la zone Ouest. Qu’ils soient ex-miliciens proches de l’ex-régime ou ex-combattants laissés pour compte des ex-Fafn, voire la confrérie des chasseurs traditionnels dozo, ils pullulent, oisifs et armés. La 7e et dernière ‘’plaie’’, celle qu’il faut redouter, ce sont les armes qui circulent comme des morceaux de pain dans la région. Aujourd’hui, vous ne pouvez pas dépasser une case dans la région de l’Ouest sans y trouver une arme de poing ou un fusil mitrailleur kalachnikov à l’intérieur. La prolifération des armes légères et des armes de guerre, voilà un des drames de l’Ouest qu’il faut corriger très rapidement. Assurément, les 600 éléments du général Soumaïla Bakayoko auront fort à faire à l’Ouest.

Au-delà des sempiternelles récriminations du pouvoir Ouattara contre d’éventuels pro-Gbagbo tapis dans les forêts, les soldats auront à faire face à certains jeunes Wê qui estiment qu’il y a trop de lourdeur dans le traitement de leurs conflits fonciers par l’État ou ses représentants, et qui n’hésitent pas à exprimer leur mécontentement par la violence. Aujourd’hui, nombre de parents Wê attendent que les terres des parents soient libérées. Ce qui voudrait dire de façon sous-jacente que des démarches soient entreprises au plus haut sommet de l’Etat pour que dans un délai raisonnable, juste après les élections locales, ces problèmes trouvent solution. Ils ont pour noms, le cas Amadé Ouérémi et ses acolytes de la forêt du mont Péko, le désarmement et la démobilisation de tous ces supplétifs en arme qui se font passer pour des soldats de la République, et la résolution de cette épineuse question foncière.

JMK AHOUSSOU

En savoir plus...

Procès des ex-barons de la filière café-cacao: 10 milliards FCFA pour l'achat d'armes, 10 milliards pour l'effort de paix

 

Le procès des ex-dirigeants de la filière café-cacao n'a pas encore fini de livrer des secrets. Hier, mercredi 03 avril, ce sont les ex-dirigeants du Fonds de régulation et de contrôle de la filière café-cacao (FRC) qui ont été cuisinés sur des cas de dilapidation des ressources de ladite filière.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS