Menu
RSS

SUSPECTÉS D'USURPATION D'IDENTITÉ ET D'ESCROQUERIE : DEUX FRÈRES APPRÉHENDÉS

SUSPECTÉS D'USURPATION D'IDENTITÉ ET D'ESCROQUERIE : DEUX FRÈRES APPRÉHENDÉS cybercrime.interieur.gouv.ci

 

Suite à une information anonyme, GBANE ABDOUL RAZAK et GBANE ABDOUL ont été interpellés par les agents de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). C' était dans la commune de Cocody, le 20 octobre 2016. Ils sont suspectés d’être des cyberdélinquants.

 

Grâce à la coopération policière, la sûreté du Québec a transmis plusieurs plaintes à la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), liées à des cyberescroqueries provenant de la Côte d'Ivoire pour continuité d'enquête. Les investigations menées par la DITT ont permis de retrouver les présumés responsables des arnaques et de les interpeller. Plusieurs éléments de preuves ont été découverts grâce au LCN (Laboratoire de Criminalistique Numérique) de la DITT. Les suspects utilisaient respectivement les faux profils « AIDEN PEARCE » et « JULIEN PAQUET » et les adresses mails Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. » et « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ». Ils se faisaient passer pour des personnes de type européen. Plusieurs échanges mails entre ces personnages et des ressortissants européens ont été retrouvés ainsi que des codes transferts d'argent et de PCS.

Lors de leurs auditions, GBANE ABDOUL RAZAK alias « AIDEN PEARCE » déclare ne pas être un cyberdélinquant avant de céder lors de la présentation des preuves.

Quant à GBANE ABDOUL alias « JULIEN PARQUET » a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il ajoute qu'il pratique cette activité depuis peu mais n'aurait encore rien reçu de ses victimes. Or des codes PCS ont été découverts dans certains de ses échanges avec ses victimes.

Au terme de ce qui précède, les dénommés GBANE ABDOUL RAZAK et GBANE ABDOUL qui sont des frères, peuvent être poursuivis pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personne physique, escroquerie et complicité d'escroquerie sur internet . Ils ont été conduits devant le Parquet d'Abidjan pour répondre des actes qui leurs sont reprochés.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut