Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 863
Menu
RSS

Drame dans les rangs de l'armée: Un élément des Frci égorgé. les faits

Drame dans les rangs de l'armée: Un élément des Frci égorgé. les faits Source: Soir Info

 

Salif, alias « Rasta », un élément des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ( Frci), a été égorgé, à son domicile d’Akoupé, par des individus, à l’arme blanche.

Les faits se sont produits à Akoupé, dans le département d’Adzopé, le lundi 9 juin 2014, vers 3 h du matin, au domicile du soldat. Les premiers éléments d’enquête incriminent deux hommes, sans autres précisions. Le domicile du soldat, théâtre de l’horreur n’est pas loin du grand marché de la ville d’Akoupé. Son épouse, quant à elle, a été la proie sexuelle des tueurs, avant d’être abandonnée.

Ce soldat des Frci, faut-il le souligner n'était pas en odeur de sainteté avec les populations d’Akoupé. Lors de la crise post-électorale de 2010, il s’est illustré de «  très mauvaise manière », selon des témoignages recueillis hier sur les lieux du crime. Selon toujours des témoins, le soldat ne tolérait pas les moto-cyclistes. A chaque fois, il leur faisait payer des contraventions arbitraires allant même à confisquer les engins à deux roues. C’est ce qui écœurait les propriétaires desdits engins.

Pour donc se venger, selon des informations en notre possession, ce lundi 9 juin, un groupe d’hommes armés de machette, de pieds de biche et de gourdins, se sont dirigés à son domicile qui est la résidence de l’ancien député, Feu Adon Achy Gabriel. C’est dans cette demeure que les bandits ont ôté la vie au soldat de la manière la plus atroce. Ils l’ont égorgé avec leur machette avant de l’abandonner dans un étang de sang. Ils ont ensuite traîné le corps du malheureux hors de la chambre… Aussitôt, leur salle besogne terminée, les assassins, encagoulés, ont pris la clé des champs. Non sans violer la femme du soldat. C’est après leur forfait qu’ils ont tranquillement quitté le domicile pour disparaître dans la nature.

Les policiers se sont rendus sur les lieux pour le constat d’usage. Une enquête est ouverte.

René D. Ematse (région de la me)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut