Menu
RSS

Lucie Ahou Koumoin: La femme aux 5 métiers

Lucie Ahou Koumoin: La femme aux 5 métiers topvisages.net

 

 

Coiffeuse, animatrice-radio, agent de banque, distributrice de produits cosmétiques, restauratrice…
Lucie Ahou Koumoin a véritablement plusieurs cordes à son arc. Découverte.

Hyper douée ? Hyper active ? Hyper entreprenante ? Ou tout cela à la fois ? En tout cas, Mlle Lucie Ahou Koumoin, la quarantaine, étonne par le nombre d’activités qu’elle brasse. «C’est une question de passion et d’organisation. Mais j’ai arrêté avec la banque et la radio. Je m’occupe maintenant de ma société de distribution de produits cosmétiques, de mon restaurant Le Maryland à la Palmeraie où je suis aux fourneaux et de mon salon de coiffure pour hommes, “Monsieur chez Madame”, à la Riviera 2, où je coiffe moi-même les hommes», explique-t-elle.

k-lucie009876

Jusqu’à la fin de l’année 2012, Lucie Ahou Koumoin était encore agent de caisse dans une banque nationale. Après avoir exercé dans la succursale d’une banque française de 2007 à 2011. «En fait, j’ai toujours voulu faire mes propres affaires, car je n’ai pas l’esprit fonctionnaire. J’aime ma liberté et avoir mon pouvoir de décision. Et comme j’avais déjà des choses en place, j’ai décidé de laisser tomber la banque pour m’y consacrer entièrement, en y investissant toutes mes économies. Je ne le regrette pas aujourd’hui et je suis vraiment épanouie », précise-t-elle, souriante.

Parmi ses business, il y a le salon “Monsieur chez Madame”, dont l’histoire remonte à 2002. Pendant qu’elle était encore en famille à Treichville, animatrice à radio Zénith Marcory et étudiante au Groupe Loko, cycle BTS gestion commerciale. «C’est ma première affaire et l’ancêtre de ce salon était un ancien kiosque de loto Millionnaire abandonné que j’ai récupéré et repeint, à côté de la maison familiale. Je coiffais les hommes uniquement avec une lame de rasoir et une paire de ciseaux. Après, un vieux-père coiffeur du nom de Dieudonné m’a appris à utiliser une tondeuse qu’il m’a offerte d’ailleurs pour travailler », rappelle la jeune femme. Qui a appris à coiffer les hommes en rasant les têtes de ses grand-frères à la maison.

Mais pourquoi des têtes d’hommes et pas des femmes ? «C’est difficile à expliquer, car c’est venu de façon spirituelle. Un jour, j’étais couchée à la maison et une voix m’a dit de créer mon salon, surtout un salon pour hommes et je vais réussir là-dedans. Quand je me suis réveillée, mon premier reflexe a été d’aller transformer ce kiosque Millionnaire abandonné et tout est parti comme ça. Je coiffais les gens après les cours et mes émissions à radio Zénith et City FM. Certains parents étaient réticents au départ, parce qu’ils se disaient que c’était un métier d’hommes. D’autres pensaient que c’était une astuce pour draguer les mecs. Des amies m’ont abandonnée aussi pour cela. Mais après, tous ont compris que c’était un don, une passion, qui me rendait aussi indépendante financièrement », raconte Lucie Ahou Koumoin. Elle a même aidé à payer les cours de certains de ses frères avec l’argent du petit salon. Ce qui fait que même après avoir eu du travail plus tard à la banque, en 2007, avec son BTS en poche, elle a conservé son salon et l’a délocalisé à la Riviera. Avec de nouveaux clients célèbres tels que Daniel Yeboah, Didier Ya Konan (Eléphants), Georges Aboké, Noël Dourey, Marcellin Govoei et bien d’autres. Le salon “Monsieur chez Madame”, est désormais dans un espace plus grand, luxueux, avec d’autres coiffeurs et coiffeuses embauchés.

k-lucie00981009876

Lucie Ahou Koumoin continue cependant de prendre la tondeuse, quand le temps le lui permet. Et parfois à la demande de certains clients qui préfèrent la douceur de ses doigts experts.

Ses affaires se sont aussi diversifiées depuis. Elle partage alors son temps entre son salon, son restaurant et sa société de distribution de produits de beauté Forever Living.

Partie chaque jour à 8h du matin, cette femme divorcée sans enfant, ne rentre chez elle qu’autour de 23 heures. Car elle met la main à la pâte, dans ses différentes entreprises, pour montrer l’exemple. A la grande satisfaction de ses sept employés et de ses contractuels.

De nouveaux projets sur son calepin ? Top secret, dit cette femme touche-à-tout, du haut de son mètre67, pour 50 Kg.

Eric Cossa
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

k-lucie00981

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut