Menu
RSS

8es Jeux de la Francophonie: Océan Ogilvy pour récolter la moitié de 7,5 milliards de FCfa

8es Jeux de la Francophonie: Océan Ogilvy pour récolter la moitié de 7,5 milliards de FCfa fratmat.info

 

Selon les directives du Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, le secteur privé s’est investi dans l’organisation de la grand-messe de la jeunesse francophone à travers quatre partenariats.


Capter plus de la moitié de 11,5 millions d’euros selon la matrice du budget conventionné, soit un peu plus de de 7,5 milliards de FCfa par la communication publicitaire, le sponsoring et le mécénat autour des 8es Jeux de la Francophonie qui se tiendront à Abidjan, en juillet 2017.

C’est en tout cas ce qui ressort de la quadruple signature de conventions qui s’est déroulée, le jeudi 28 janvier, à la Maison de l’entreprise d’Abidjan-Plateau, siège du patronat ivoirien. Ces conventions concernent, alternativement, le Comité international des Jeux, le Comité national, la Conférence générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci), la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (Cci-ci) et l’agence de communication Océan Ogilvy. Plus globalement, ainsi que le rappelleront les différents intervenants et signataires, à savoir, Jean Kacou-Diagou, président de la Cgeci Nicoals Djibo, président de la Cci-Ci, Alla-Yao François, directeur général du Comité national des Jeux Sériba Mahaman, directeur général du Comité international des Jeux et martine Coffi-Studer, présidente de l’agence Océan, cette mise en synergie du secteur privé avec l’Etat et la Francophonie s’inscrit dans le droit fil des directives données par le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, président du Comité de pilotage des Jeux et réitéré, la veille, à la faveur de la présentation officielle de la mascotte.

Bien plus, tous affichent un optimisme objectif quant à l’atteinte des objectifs visés, au regard du professionnalisme de l’agence Océan et du dynamisme de sa présidente. Ainsi, les stratégies que l’agence concessionnaire mettra en œuvre avec la commission en charge du sponsoring et du partenariat des Jeux s’établissent via ses co-signataires, autour d’une entente pour la licence des produits dérivés et la contraction de partenariats efficients, aussi bien en Côte d’Ivoire que dans les 80 pays de l’aire francophone concernés par ce grand rendez-vous des arts, de la culture et du sport.

A juste titre, ainsi que le souligne martine Coffi-Studer qui a déjà acquis l’assentiment d’une pleine collaboration avec les médias ivoiriens de service public (Fraternité Matin, Rti, Aip), elle est «consciente de la grande responsabilité» qu’implique ce challenge et argue qu’elle entend «mobiliser tous les talents dans le domaine de la communication, afin de relever ce défi et faire des Jeux d’Abidjan des jeux exceptionnels».

Toutes choses qui font dire à8 Sériba Mahaman, s’exprimant au nom de Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), maître d’œuvre des Jeux, rassuré du soutien et de l’accompagnement volontariste du secteur privé ivoirien, que Martine Coffi-Studer et son équipe pourraient doubler, voire tripler les objectifs à eux assignés.

Martine Coffi-Studer, une signature multicarte

Martine Coffi-Studer, la cinquantaine radieuse, quoique faisant preuve d’une discrétion à fleur de peau, n’en demeure pas moins sous les feux de la rampe de par son expertise et son expérience multicarte. Car, en tant que première femme et première ivoirienne ayant porté sur les fonts baptismaux une agence 100% ivoirienne dans le monde la communication publicitaire, il ne pouvait en être autrement que d’être mise de l’ombre à la lumière.

Fondatrice en 1988 de la société Océan Ogilvy, un réseau de publicité aujourd’hui présent dans une vingtaine de pays africains, elle est une personnalité incontournable du gotha des patrons ivoiriens – où les femmes sont par ailleurs peu nombreuses.

Économiste de formation, anciennement ministre déléguée à la Communication (2005-2007), elle préside depuis juillet 2014 la filiale ivoirienne du français Bolloré Africa Logistics, tout en étant l’administratrice de plusieurs sociétés privées. A bon escient, Martine Coffi-Studer fait partie selon les magazines Forbes et Jeune Afrique, des 50 femmes les plus influentes du continent.

Rémi Coulibaly

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut