Logo
Imprimer cette page

Film documentaire: Gbagbo, ‘‘despote ou anti-néocolonialiste...’’ diffusé à Abidjan

Film documentaire: Gbagbo, ‘‘despote ou anti-néocolonialiste...’’ diffusé à Abidjan fratmat.info

 

« Pour la réconciliation, les Ivoiriens ont un devoir de mémoire et de vérité. Ce film va leur permettre de  couvrir le miroir de dix années de gestion de Laurent Gbagbo. Il est basé sur des faits. Il va aider à la réconciliation », a dit Saïd Penda.

 

L’avant-première de la diffusion du film documentaire « Laurent Gbagbo: Despote ou anti-colonialiste…le verbe et le sang » s’est déroulée, le samedi 21 décembre, à la maison de la presse, à Abidjan-Plateau.

Ce film de 2h52 min dévoile à travers témoignages et déclarations de victimes et de leurs proches, le « vrai visage de Laurent Gbagbo ».

Saïd Penda, le réalisateur a donné la parole aux chefs de milices et de groupes d’auto-défense, à Richard Kodjo (Fpi), Abdoulaye Wade, Sidiki Kaba, le curé de Duékoué, des journalistes, des universitaires…

« Pour la réconciliation, les Ivoiriens ont un devoir de mémoire et de vérité. Ce film va leur permettre de couvrir le miroir de dix années de gestion de Laurent Gbagbo. Il est basé sur des faits. Il va aider à la réconciliation », a dit Saïd Penda, à la projection de son film.

Dans ce documentaire, l’on voit Laurent Gbagbo donner des instructions fermes à son armée pour mater la population. Un président qui rassure ses agents de force de l’ordre qu’il assumera les conséquences.

Pour le réalisateur et plusieurs intervenants, l’ancien Chef de l’État ivoirien était un « génie de la manipulation prêt à confisquer le pouvoir par tous les moyens. »

Au terme de ce film, l’anti-colonialisme dont se prévalait l'ex-Président était plus dans les discours que dans les faits.

S’agissant de son panafricanisme, Franklin Nyamsi est formel dans le film: « avant Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire était une République de panafricanisme concret (…) à partir de lui, elle devient une République de panafricanisme abstrait. Où le concept est un pur dogme. Un flatus vocis, un mot jeté en l’air. Alors que ses pratiques sont profondément anti-panafricaines.» Poursuivant, il indique dans le documentaire que M. Gbagbo « se présente dès lors comme un imposteur pour ceux qui analysent réellement ses pratiques politiques. »

Intervenant dans le film, César Etou affirme: « Laurent Gbagbo n’est pas à l’origine d’une politique qui a expliqué la prise des armes en Côte d’Ivoire par une rébellion. »

Selon le réalisateur du film, « Laurent Gbagbo n’a été qu’un illusionniste et un prestidigitateur. Rien de tout ce qu’on semblait voir ou percevoir à travers ses discours n’était réel. Et les premières victimes de son règne, ce sont bien ses partisans à qui il a menti, qu'il a manipulés, déshumanisés ».

Le documentaire « Laurent Gbagbo: Despote ou anti-colonialiste…le verbe et le sang » est le résultat de 12 mois d’investigations, 250 heures d’interviews. Le montant de ce film est de 108 millions de Fcfa.

Notons que le réalisateur de ce film documentaire est un ancien journaliste. Il a travaillé pendant une vingtaine d’années à la radio Bbc età l’agence américaine Associeted press.

Diomandé Mémoué

© 2013 monsaphir.com