Réforme de la CEI, sa candidature à la présidentielle de 2020, sécurité intérieure : des Phrases fortes du chef de l’Etat, Alassane Ouattara

Le président de la République, Alassane Ouattara a accordé un entretien à la télévision publique ivoirienne (Rti) à l’occasion du 59è anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Il a abordé plusieurs questions touchant à la vie de la nation. 

 Voici quelques paroles.

  • « Après Grand-Bassam nous avons fait échouer deux à trois autres attentats »

« Un montant global de 1000 milliards Fcfa pour le programme social du gouvernement »

« Il y aura des modifications de la Constitution, car il y a de petites choses à revoir… cette modification ne s’inscrit pas dans une intention de recaler une quelconque candidature de ses adversaires »

« Je suis en parfaite santé selon mes médecins et la constitution me permet de faire deux autres mandats. Au moment opportun, je me prononcerai sur ma candidature »

Question de la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei) : « ce dossier est bouclé… La Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples avait demandé, sur intervention d’une Ong, que la Société civile soit mieux représentée. Elle avait trois (3) membres, maintenant elle en aura six (6). Nous avions une commission qui avait 17 membres et dont près de la moitié était censée être proche du pouvoir. Maintenant, nous en avons une commission où il y a 15 membres où on ne peut considérer que le tiers qui soit proche du pouvoir. Donc, nous avons rempli nos obligations »

Politique de la chaise vide : « Je suis bien placé pour dire que la politique de la chaise vide n’est pas la bonne chose. Voyez-vous, le Rdr, en son temps, avait boycotté les élections de 2000. Qu’est-ce qui s’est passé ? L’Assemblée nationale a continué de fonctionner pendant 10 ans sans un seul député Rdr. Alors, j’ai toujours dit aux gens du Rdr que c’était une erreur »

« Celui qui veut contester, conteste. Il y a des voies légales pour le faire. C’est aussi simple que çà. Surtout pas de violence comme en 2010. Nous devons prendre l’exemple de 2015. Nous allons aux élections, celui que les Ivoiriens vont désigner sera en poste et les autres, je le souhaite, qu’ils appellent pour féliciter cette personne »

Alassane Ouattara

Une sélection de Théodore Kouadio