Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce : Les acteurs nationaux s’approprient la plateforme

Les principaux bénéficiaires sont les membres du Réseau national du Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce. Les principaux bénéficiaires sont les membres du Réseau national d’informations commerciales (Rnic), du Cnsoc dirigé par le ministère du Commerce et de l’Industrie et les Institutions d’appui au commerce (Iac).

A l’issue de ce projet financé dans le cadre du « TradeCom II » de la Commission européenne et du secrétariat du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp), ce sont 150 acteurs au moins qui seront formés et sensibilisés.

Des acteurs nationaux intervenant dans le commerce international ont pris part, les 29 et 30 octobre, à l’atelier de promotion du Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce (Maoc). Cette rencontre de 48 heures a été une occasion pour les participants de s’approprier la plateforme d’alerte aux obstacles. Ce qui devrait faciliter la résolution des obstacles techniques au commerce et contribuer à améliorer le cadre des affaires en Côte d’Ivoire.

Ce pays, avec les importantes réformes sectorielles et structurelles, a réalisé une croissance économique avoisinant 8% en moyenne annuelle sur la période 2011-2018. Thème de ce rendez-vous : « Promotion du mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce ».

Cet atelier a été une occasion pour le Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce et sa plateforme web d’instruire les participants, notamment les entreprises, d’alerter les autorités compétentes sur les obstacles qu’elles rencontrent à l’importation et/ou à l’exportation et d’être elles-mêmes alertées des obstacles que rencontrent les opérateurs économiques. C’est également aux institutions d’appui au commerce de disposer d’informations détaillées en temps réel sur les obstacles que rencontrent les entreprises et d’être mieux habilitées à mettre en place les mesures de soutien appropriées.

« Cet important projet va contribuer à l’opérationnalisation de la Stratégie nationale des exportations (Sne) de la Côte d’Ivoire », a confié, au 2e jour de l’atelier, Sékou Doumbouya, chef de mission de l’Institut belge de formation, Ibf international consulting.

L’atelier de promotion du Maoc intervient moins d’une semaine après celui relatif à la formation des membres du Comité national de surveillance des obstacles du commerce (Cnsoc) qui a eu lieu les 24 et 25 octobre, à Yamoussoukro. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à l’amélioration des conditions d’accès au marché et de facilitation du commerce en Côte d’Ivoire qui a démarré en juillet 2019, et devrait durer six mois.

Ce projet est financé dans le cadre du « TradeCom II » de la Commission européenne et du secrétariat du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp) et mis en œuvre par l’État ivoirien, à travers Ibf international consulting. Il vise à contribuer au développement économique du pays et à la réduction de la pauvreté à travers la mise en œuvre de la Sne et l’amélioration du Maoc. Les principaux bénéficiaires sont les membres du Réseau national d’informations commerciales (Rnic), du Cnsoc dirigé par le ministère du Commerce et de l’Industrie et les Institutions d’appui au commerce (Iac).

A l’issue de ce projet, ce sont 150 acteurs au moins qui seront formés et sensibilisés.

ANOH KOUAO