Adultère: Un vendeur de «café Touba» surprend un vigile sur sa femme et …

O. Diop est un vendeur de «café Touba» très connu et surtout sollicité pour son service de qualité par les travailleurs sur les nouveaux chantiers du Bus Rapide Transit (Brt) sis à Guédiawaye. Cependant, Diop n’en est pas moins un mari meurtri à cause de son épouse, qui le trompait avec un vigile de nuit à la cité Gadaye, nommé D. Sy. Ceci, à chaque fois que l’époux quittait son domicile au petit matin pour se rendre à son lieu de travail et trouver de quoi nourrir la famille. .

Le vigile se montre pieux, mais se comporte en hyène emmitouflée dans une peau d’agneau dans une bergerie

Sy traîne pourtant une réputation d’homme sérieux et renvoie l’image d’une personne très à cheval sur les préceptes de l’Islam. Le vigile de nuit développe aussi une attitude de chasteté dans le quartier et se montre très attaché aux œuvres d’un défunt saint homme-fondateur d’une célèbre confrérie religieuse. Les populations le voient tout le temps avec des livres religieux qu’il affirme considérer à tout bout de champ comme un bréviaire ou viatique. Mais, cela ne fut que de la pure cosmétique. Car, en réalité, le vigile ressemble plus à une hyène ou un loup emmitouflé dans une peau d’agneau dans une bergerie.

Il se dévoile avec l’épouse du vendeur de «café Touba», lui fait en douce la cour et vante ses qualités

Un jour, le vigile intercepte dans la rue l’épouse du vendeur de «café Touba» et lui déclare sa flamme. Il enchaîne avec des paroles mielleuses et vante les qualités morales et physiques de la dame. Qui affiche un sourire en coin, apprécie les compliments et affirme être une femme mariée. L’agent de sécurité refuse catégoriquement d’entendre raison et revient à la charge avec des déclarations poignantes. Aussi, il flatte davantage la jeune femme et lui dit mériter plus qu’un mari vendeur de «café Touba». N’empêche, la dame campe sur sa position initiale et continue tranquillement son chemin.

Il entretient des rapports sexuels avec la dame dans son lit conjugal, y prend goût et récidive

Le jeune homme garde le silence, se rend à pas de velours avec la jeune femme à l’intérieur de la pièce et lui rappelle ses sentiments d’amour. Cette dernière refuse, repousse les avances de l’intrus et craint la réaction de son mari, si jamais il les surprend dans la chambre. Mais, aveuglé par sa libido en feu, l’agent de sécurité fait la sourde oreille, se jette sur la dame, défait son pagne et couche avec elle. Il prend goût à ses frasques avec la jeune femme et récidive à plusieurs reprises dans les mêmes circonstances. Ceci, moyennant toujours quelques billets de banque.

Il tombe sur sa femme en pleins ébats avec le vigile, qui se défend avec sa machette dont la lame se brise

Le mari cocufié fait irruption dans la chambre, surprend dans son lit conjugal le vigile sur son épouse et l’abreuve copieusement d’injures. Pris de panique, Sy se relève en sursaut et tente d’enfiler son pantalon pour sauver sa peau. Diop se dresse devant la porte de la chambre, l’empoigne fortement et continue de lui cracher du venin à la figure. Il engage ensuite la bagarre avec lui, s’empare de son gourdin et lui assène des coups. Celui-ci craint pour sa vie, sort son coupe-coupe et s’acharne avec violence sur lui, histoire de se défaire de l’étau. Mais, le vendeur de café pare avec son gourdin les coups de machette, dont la lame se brise en deux parties.

La dame dément le vigile et affirme avoir couché plusieurs fois avec lui, moyennant de l’argent

Face aux enquêteurs, la jeune femme dément catégoriquement le vigile et avoue son forfait d’adultère avec celui-ci. Elle indique avoir couché avec l’agent de sécurité à plusieurs reprises dans son lit conjugal ceci, à chaque fois que son mari partait vendre du «café Touba» sur les nouveaux chantiers du Bus Rapide Transit (Brt) sis à Guédiawaye. «Je lui ai chaque fois dit d’arrêter. Mais il continuait à venir tôt le matin dans ma chambre conjugale avant de me forcer à coucher avec lui. Après, il me remettait de l’argent avant de partir. Il traversait l’antichambre avant de me rejoindre dans ma chambre conjugale.

Cela fait plus de 10 fois qu’on fait ça», soutient la jeune femme.