Adama Bictogo montre la force de frappe du Rhdp : 154 députés, 24 régions, 156 maires….

La majorité présidentielle, si l’on en croit ses dirigeants, a les moyens de contrer toute adversité politique en 2020.

 Dans cette espèce de bras de fer verbal continuel que se livrent en sourdine les chapelles politiques, on peut dire que le propos de l’ancien ministre Adama Bictogo est arrivé à pic, pour répondre aux philippiques de l’opposant Innocent Anaky kobéna.

« En Côte d’Ivoire, on dit que c’est un tabouret à trois pieds et qu’il est pratiquement impossible, lorsque deux pieds sont unis, que le troisième pied gagne. Mais à la surprise générale, il y a un pied qui commence déjà à déclarer qu’il va gagner tout seul en 2020 contre les deux autres. Nous savons tous que la chose est impossible », assénait mardi Anaky Kobena, les yeux rivés sur la présidentielle de 2020.

Transfuge du Rhdp, ex-membre du présidium du Rhdp, Anaky Kobena milite désormais pour la plate-forme de l’opposition que tente de former l’ancien président Henri Konan Bédié en mobilisant des militants du Fpi et du Pdci. Dans la même journée du mardi, le directeur exécutif du Rhdp Adama Bictogo mettait, lui, les pendules à l’heure sur les ondes de Tv5.
« Le Rhdp, c’est le plus grand parti politique de notre pays avec 154 députés sur 253, 24 régions sur les 31 et 156 maires sur 201 communes », soulignait-il.

Pour lui, le temps du trépied Rdr-Pdci-Fpi de 2010 est révolu. Les lignes ayant bougé.
« La plupart des hommes de qualité qui étaient dans l’ancien Pdci sont aujourd’hui au Rhdp (…) Le Rhdp est composé de près de 40% de militants issus du Pdci », explique Adama Bictogo, citant entre autres personnalités, le vice-président de la République Daniel Kablan Duncan, le président du Sénat Jeannot Ahoussou Kouadio et le président de Conseil économique, social et environnemental, Charles Koffi Diby.

 

L’ancien ministre issu du Rdr Adama Bictogo aurait pu ajouter les ministres Aka Aoulé de l’Agnéby-Tiassa, Alain richard Donwahi de la Nawa, Kobena Kouassi Adjoumani du Gontougo, Abinan Kouakou Pascal de l'Indénié-Djuablin, Jean Claude kouassi du Gbêkê, François Albert Amicha de Treichville, Danho Paulin d’Attécoubé, etc.

Autant de hauts dignitaires qui ont déserté les travées du bureau politique du Pdci. Les hautes instances du Rhdp se composent d’ailleurs d’un fort contingent fourni par ces Houphouëtistes convaincus aux côtés de ceux du Rdr et des autres formations politiques. Sur les 3000 membres du bureau politique du Rhdp, « 1300 viennent du Pdci ».

 

« Sur 7905 membres du conseil national du Rhdp, vous avez 3290 qui viennent du Pdci », précise également Adama Bictogo qui avance ces chiffres à un moment où enfle la polémique sur de nouvelles adhésions du Rhdp venant d’élus du parti septuagénaire.

« Une élection présidentielle, c’est un rendez-vous avec son peuple.

Le Président Alassane Ouattara avait pour lui son équation personnelle, sa vision mais aussi un programme pour les Ivoiriens. Il l’a démontré depuis qu’il est au pouvoir », rappelle Adama Bictogo, à toutes fins utiles.
A propos de bilan, en effet, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly faisait savoir le 10 août dernier, qu’en huit ans, la Côte d’Ivoire a fait la moitié du parcours des quarante premières années. Exemple : Yamoussoukro, la capitale politique.
De 2011 à fin 2018, le nombre de localités raccordées au réseau électrique dans le Bélier est passé de 161 localités à 213.

Au total, 88 localités devraient être éclairées jusqu’en 2020, soit la moitié des 161.
Le Rhdp compte sur l’arme du rassemblement pour atomiser les adversaires de la plate-forme de l’opposition. Et comme bouclier, il brandira ce bilan panoramique sur lequel devraient échouer toutes les critiques d’une opposition qui a d’ailleurs du mal à parler d’une même voix et à se trouver une voie.

« Nous sommes dans une dynamique de développement qui se poursuit. La cohésion sociale passe par la mise à disposition des populations de centres de santé, d’écoles, de routes. C’est ce qui est en train d’être fait et sera poursuivi. Ce que nous savons, c’est que le président a fixé le cap, mais il a aussi mis en place une équipe d’hommes et de femmes compétents », assure le soldat Adama Bictogo.
Même pas peur !

Benoit HILI