GUINÉE : PLUSIEURS CENTAINES DE FEMMES DÉFILENT À L’APPEL DU FNDC

Vêtues de blanc, signe de deuil, des femmes guinéennes ont marché pour dénoncer les exactions des forces de l’ordre. Elles ont aussi réclamé les libérations des militants du Front national pour la défense de la Constitution, incarcérés en amont des manifestations qui ont fait au moins neuf morts, en début de semaine dernière.

Elles étaient plusieurs centaines, tous âges confondus, avec à la main des pancartes où l’on pouvait lire : « Arrêtez de tuer nos enfants ! Libérez nos maris ! »

« On est là aujourd’hui, on est en deuil pour nos enfants. On tue nos enfants ! », lançait une manifestante, avant de scander : « Á bas le troisième mandat ! On veut la liberté des hommes qui sont emprisonnés. Nous sommes fatiguées. »

Encadrée par un important cordon de femmes policières et gendarmes, la marche s’est élancée au son des sifflets du rond-point Hamdallaye jusqu’au stade du 28-Septembre. Dans le cortège, il y avait la journaliste et militante du droit des femmes Moussa Yéro Bah : « C’est des jeunes qui ont moins de 30 ans, vous avez des élèves, des lycéens, des collégiens. Il faut que l’impunité s’arrête en Guinée, parce que sinon on ne pourra pas s’en sortir. Ça radicalise les gens. Le fait de tuer des innocents radicalise des gens, qui se rangent d’un côté, qui se sentent exclus, et ce n’est pas normal. »

La manifestation avait été autorisée, mais dans un communiqué publié tôt mercredi matin, le gouvernement avait averti « sur la possible infiltration de la marche […] par des personnes décidées à troubler l’ordre public par des actes de violence ». Aucun heurt n’a pourtant été signalé. Et après la lecture d’une déclaration, la foule s’est dispersée dans le calme

Source: rfi.fr