L'audace de se lancer

Je voulais ouvrir un restaurant mais hélas je n'avais pas d'argent. Un matin je me suis lavé ,j'ai porté la seule veste que j'avais , une veste verte " genre façon façon"avec laquelle je suis allé en plein centre ville. Une fois en ville j'avais décidé dans mon esprit d'aller voir une banque.

Une fois sur les lieux ,j'ai vu deux banques, ECOBANK ET UGB, j'ai chanté dans mon coeur la célèbre chanson " fico fico fion kongomaléké kongomalé kongomalé fion la poule de ma mère a pondu deux oeufs dans la bassine, au penga na wana ti"

Au terme de la chanson, je suis tombé sur ECOBANK, debout j'ai volontairement choisi le contraire du résultat de la chanson, je me suis décidé d'aller chez la banque B

Une fois chez la UGB, je suis rentré dans la banque, je n'avais aucun document, je dis aucun, d'ailleurs je n'étais même pas client de cette banque.

Au niveau de l'accueil j'ai demandé au gardien ou se trouve le bureau "ou on donne les crédits", le monsieur m'indiqua l'étage au dessus, je précise que je n'avais aucun document.

Une fois à l'étage, je vis un autre gardien et je lui demanda où se trouve " la porte où on donne les crédits", le monsieur m'indiqua la porte en face.

A ce moment, j'ai eu peur mais j'ai tout de même ouvert la porte, il y avait deux hommes et une femme.

J'ai dis bonjour à tout le monde puis je me suis directement dirigé vers la femme, oui cette femme exceptionnelle qui sera à jamais gravée dans mon coeur car elle a été une bénédiction pour moi.

Quand je suis arrivé devant cette femme, j'ai dis bonjour, je suis Hanse Charly, je suis étudiant à l'UOB au département de sociologie, je viens vers vous car je porte en moi un virus.

En disant Virus, elle a écarté les yeux, puis j'ai continué en disant je porte en moi le virus de l'entrepreneuriat. Je viens vers vous car je veux un credit pour ouvrir un restaurant, plus précisément une "Sandwicherie" .

Après mon exposé, cette femme me regarda et me dis, mais Charly, on ne peut pas t'aider, tu n'es pas client chez nous et en plus de ça tu n'es pas une entreprise.

Au terme de son exposé, elle me donna sa carte de visite, sur la carte de visite, il y avait des numéros du bureau, elle a pris un stylo puis m'a donné son numéro privé en me disant de la contacter la semaine prochaine.

La semaine qui suivait avec peur au ventre, j'ai tout de même contacté cette femme Exceptionnelle. Je suis arrivé au bureau, cette fois sans demander les indications des gardiens que je tiens à remercier car sans le savoir ils étaient des anges que Dieu avait placé pour que mon Audace se concrétise.

Une fois dans son bureau, cette femme exceptionnelle eut à me dire Charly, " la banque ne peut pas t'accompagner selon les indications de la dernière fois, mais j'ai tenu à ce que tu viennes car j'ai apprécié ton AUDACE, tu n'es pas mon parent, je ne te connais pas avant cette situation mais je pense qu'en tant que grande soeur je me dois de t'encourager, ce n'est pas beaucoup mais j'espère que cette somme t'aidera.

Elle me donna une somme de 100.000 FCFA, heureux j'ai dis à cette femme exceptionnelle " même si c'est 1.000 FCFA je vais utiliser ça pour le projet"

J'étais vraiment heureux en sortant du bureau.

Cet échange était pour moi la preuve que rien n'est impossible car j'ai réussi à ouvrir le restaurant Charly's food avec la collaboration de plusieurs personnes que j'ai pu rencontrer par AUDACE, j'ai pu tenir pendant une année.

A l'ouverture j'ai appelé cette femme exceptionnelle pour lui dire que j'avais réussi à ouvrir le resto, j'ai pu ressentir toute sa joie au téléphone.

Merci à cette femme qui ne m'a pas repoussé, car ce qu'elle m'a donné ce jour là, ce n'est pas 100.000 FCFA mais elle m'a donné de croire que pour moi la clef qui ouvrira toutes les portes sera toujours l'AUDACE.

DIEU REPONDRA TOUJOURS FAVORABLEMENT AUX AUDACIEUX

Je suis Charly Tchatch, j'ai été heureux de vous partager mon histoire.

Charly Tchatch

Crédit photo: Steeven

Source : Facebook : CHARLY TCHATCH relayé par LE BLOG DE YEHNI DJIDJI